histoire du shibori

Miyazaki Yûzensai a amélioré la technique de la teinture des kosode en employant une technique de peinture par mise en réserve à la colle1, un produit à base de pâte de riz, rendant possible le développement d’un véritable commerce des kosode (ancêtres du kimono) à partir de cette époque. Auparavant, ils étaient décorés de broderies, ou par teinture au fil noué, voire décorés de motifs au pochoir (katakanoko).

Sa technique de peinture (Yûzen-dome), largement utilisée par le peintre Nishikawa Sukenobu au début du xviiie siècle pour ces conceptions de décors de kosode, ainsi que ses motifs (Yûzen-moyô), influencent encore aujourd’hui les techniques de la peinture japonaise. La technique de teinture employée pour décorer les kosode est le yūzen, technique perfectionnée par Miyazaki Yûzensai (1654-1736), moine peintre de Kyoto2. On appelle ce procédé le yūzen, en hommage à son inventeur. On utilise en guise de « pinceau » un cône de papier muni d’une pointe en métal3.

Pour effectuer une peinture sur soie, le pinceau trace à la colle de riz les limites des zones à colorer. Les teintures sont apposées par brossage jusqu’aux bords du dessin. Les teintures sont ensuite fixées et la colle éliminée par rinçage. Les motifs pouvaient, dès lors, être extrêmement détaillés et les tracés fluides. Ceci n’empêchait pas de faire rehausser ces peintures par des effets de broderie.

  • reportage
  • Le kimono est formé de rectangles de tissus pliés et cousus, mais jamais recoupés ; il est rectiligne, tombant jusqu’aux pieds ou chevilles, suivant la formalité de l’ensemble et la personne qui le porte.

tous les reportages

  • voyage
  • 愛知県南東部、東西約50kmに延びる「渥美半島」の西端に位置し、タカ・ヒヨドリなど志摩半島を目指す多くの渡り鳥の中継地でもある『伊良湖岬』、そして神域「宮山原始林」を有する丘陵を背にし、太平洋「遠州灘」に面する長さ約1kmの湾曲した砂浜『恋路ヶ浜』。

  • culture
  • Bien que le sabre japonais fût créé pour une utilisation guerrière, il est actuellement reconnu comme une œuvre d’art à part entière. Habituellement, on considère que l’histoire du sabre japonais est divisée en cinq grandes périodes historiques : les sabres jokoto, les sabres koto, les sabres shinto, les sabres shin-shinto et les gendaito. Chacune de ces périodes représente un courant de forge particulier.

  • culture
  • De par la nature même de l’archipel japonais, composé de nombreuses îles et s’étendant sur plus de 3 500 kilomètres, la cuisine japonaise est avant tout une cuisine de région (voire locale) où certains principes majeurs se déclinent au gré des goûts et des ingrédients locaux à disposition.

tous les articles